top of page
stage danse contemporaine.jpg

Danse Néo-Butô

COURS SEMI-PRIVÉ

La danse « C'est un dialogue avec la gravité. »

– Ushio AMAGATSU

Présentation

La danse néo-butô est une danse théâtrale de l'éphémère qui ne nécessite pas de pré-requis technique au préalable.

 

Elle vise à mettre la conscience du danseur, sa cognition, ses sensations et son imaginaire au service de sa propre danse, d'une danse qui lui échappe.

 

Ce n'est pas tant danser que laisser danser... par le biais d'exercices pratiques d'improvisation guidée sur des musiques variées. 

 

Danse d'introspection qui sublime ses émotions et les régulent par sa simple pratique.

Quelque soit la pression de la charge mentale, l'ex-pression de la danse néo-butô favorise cette mise au dehors des tensions du quotidien... 

 

Une bouffée d'oxygène non-verbale... Où la seule chose qui importe c'est l'authenticité du mouvement spontané (spons en latin = de son propre mouvement).

Porte du sanctuaire japonais
présentation
Image de Raz Kumar

Histoire

La danse butô naît dans un contexte sociopolitique japanais difficile - dans l'aprè-guerre (Hiroshima / Nagasaki) - dans les années 1960 par Hijikata Tatsumi, Kazuo Ôhno puis Min Tanaka.

C'est une danse avant-gardiste et subversive à l'époque où le traditionalisme du théâtre Nô et du kabuki dominent en opposition avec l'occidentalisation du continent.

"Butô" est composé de deux idéogrammes (舞踏) qui signifient danser et taper au sol.

Cette danse est caractérisée par de la lenteur de mouvement, de la poésie minimaliste et une très grande liberté stylistique.

 

Elle est la danse du pas et du geste au service de la métamorphose.

"Néo-butô" signifie que cette danse est passée par le filtre de la transmission d'un occidental, faisant de cet art japonais un art du mouvement universel. Danse de l'ombre à l'époque de sa création, la danse néo-butô vise le passage de l'ombre à la lumière, du yang au yin pour en fin de compte transcender la dualisme. 

histoire

Transmission

Le corps est un univers à part entière qui s'étend à mesure qu'on le détend.

 

La détente, justement est l'axe premier de cette danse. Pour se détendre, cela passe par reconnaître qu'il y a des tensions, sans honte ni culpabilité. Ce sont ces tensions qui vont nous amener sur le chemin du relâchement, de la détente...

 

Sans cesse en transformation, le corps butô​ change de peaux, se métamorphose et laisse entrevoir les personnages d'une famille intérieure et antérieure.

C'est dans un jeu de relation et de mouvement que ces personnages (personnalité en latin = masques) vont dialoguer pour accroître l'expressivité propre du danseur.

Aucune interprétation ni jugement ne viennent interférer le mouvement du danseur-explorateur pour que ce dernier puisse pleinement s'exprimer et extérioriser sa tension comme sa sérénité.

Pierrot.Buto-54.jpg
transmission
Image de Kumiko SHIMIZU

Les effets

Ces dialogues internes optimisent le dialogue sensori-moteur et accentuent :

- la détente

- l'enracinement dans son corps (détachement avec le mental)

- le relâchement (rumination)

- l'harmonisation de ses pensées avec ses sensations

- l'écoute de soi et l'écoute de l'autre en soi

- le discernement et la confiance en son ressenti

- la présence à soi

- la conscience de soi à travers sa conscience corporelle

les effets

Cours adulte débutant

Un mercredi sur 2 (semaine paire)

19h - 20h30

pratiquer
bottom of page